Picasso a écrit: “dans chacune de mes œuvres, je déconstruis ».

 

Il entendait par là, toute la recherche d’authenticité, de signification et de sincérité qu’il pouvait apporter à son œuvre ; en se libérant du poids de l’acquis : académisme, culture, formalisme, à priori, savoir.

Ce faisant, il a également énoncé : « Je ne cherche pas, je trouve »

Cela signifie que chacune de ses œuvres était un aboutissement ; comme une parabole fermée sur la représentation d’un sujet, où tout le sens émotif et signifiant était mis à nu.

 

Dans ce sens, l’œuvre de Gesine Arps, est également une démarche déconstruite, dans la représentation ; mais totalement parabolique et pleine de sens dans le traitement du sujet. En fait, étudier un tableau de Gesine Arps équivaut à un parcours initiatique. Son adhésion à la foi bouddhiste, sa pratique régulière de la méditation, ses fréquents séjours en Inde, nourrissent son inspiration.

 

S’intéresser à son Œuvre ; c’est alors décrypter le sens d’une foule de symboles, qui sont autant d’incitation à l’élévation, à l’exigence spirituelle. Tous d’abord, toutes les toiles de Gesoine Arps sont, à la base, recouvertes d’une couche d’or, en feuilles d’or.

 

L’or a toujours été, de tout temps, le métal privilégié dans la relation de l’Homme au Divin.

L’or ne s’altère quasi pas dans le temps ; et de plus sa brillance évoque le Soleil, astre de lumière par excellence ; chassant les ténèbres, donc l’obscurantisme ; et symbolisant la Puissance, donc le Divin.

L’association Or et Divin est évidente et totalement récurrente dans  l’œuvre de Gesine ARPS.

 

 

L'autre élément omniprésent dans l’œuvre de Gesine Arps est la numérologie.

Les chiffres 3 et 7, se retrouvent quasi systématiquement.

Or, il est indéniable que la Numérologie, ou ses variantes telles l’Herméneutique ou l’Arithmancie ; sont de véritables codes à interpréter.

Le trois, chiffre fondamental par excellence, exprime un ordre intellectuel et spirituel, dans le Divin, le Cosmos, ou l’Homme. Il représente la perfection de l’Unité Divine, que ce soit pour les Chinois, dans le taoïsme ; pour les chrétiens, où Dieu est en 3 Personnes (Le Père, le Fils et le Saint Esprit !) ou le Bouddhisme, avec le triple joyau (Bouddha, Dharma, Sangha). Et les exemples sont sans fin.

Le sept symbolise la perfection, l’absolu. Que ce soient les Sept jours de la semaine ; les Sept planètes, les Sept Degrés de la Perfection, les Sept branches de l’Arbre Cosmique, les Sept péchés Capitaux. Ce chiffre se retrouve chargé de sens dans toutes les époques, cultures, civilisations, religions.

 

La ligne d’énergie figure quasi en permanence dans les toiles, sous forme d’une ligne sinusoïdale, souvent Or.

Cette représentation d’une ligne d’énergie remonte à la nuit des temps.

Par exemple, l’étude de l’implantation des lieux sacrés sur la planète (mégalithes, monuments, ouvrages de terre-tumulus, lieux de Cérémonie) révèle qu’ils sont tous situés sur des lignes géométriques précises, comme alignés.

La terre entière est tissée d’un réseau de lignes qui sont les manifestations physiques de flux énergiques.

Les peuples anciens, et peut-être même dès la préhistoire, détenaient la connaissance de ces flux, et l’ont imprimée dans le paysage.

Le point d’Alaise, en France, en est un exemple ; qui est l’endroit duquel rayonne un ensemble de vingt-quatre lignes géodésiques ; représentant le Centre rituel et mythique de l’Europe pour le Culte  des Vierges Noires.

En abordant ainsi l’Archéoastronomie, G. ARPS nous interpelle à nouveau sur la dimension magique, occulte de l’univers.

 

La forme du vortex, de la spirale est usitée également très fréquemment dans la peinture de Gesine Arps.

Il est établi que dans l’Art, la spirale représente tout autant l’Univers que la Conscience individuelle de l’Homme.

Cette forme a toujours représenté la source de l’Univers, la Création, le début absolu de toute existence.

Dans le taoïsme, le Yin et le Yang sont représentés par deux spirales ; l’une concentrée vers l’Intérieur, l’autre évoquant le pèlerinage dans le monde Extérieur. Dans la philosophie Hindoue, chacun des sept points centraux d’énergie, ou Chakras, est assimilé à une spirale qui, mis en mouvement, permet à l’Homme de réaliser son destin spirituel.

 

Les Astres, solaires ou non, trouvent leur place également souvent dans l’œuvre de Gesine Arps.

Comment ne pas penser, alors, à Kandinsky  qui utilisait fréquemment le cercle, forme parfaite et symbole cosmique, et qui a déclaré : « l’essence de l’Art se trouve dans le Spirituel.

L’Œuvre d’Art a le pouvoir de mettre l’âme humaine en vibration…l’Art peut atteindre son plus haut niveau lorsqu’il se dégage de sa subordination vis-à-vis de la nature ».

Et cela n’est pas peu, quand l’on connaît le rôle décisif de Kandinsky dans l’évolution de l’Art Contemporain.

 

La Barque, également, trouve souvent sa place.

Elle symbolise le voyage, mais aussi le passage.

Dans l’Histoire Egyptienne, le dieu Ré voyageait dans le Ciel sur une barque.

L’Arche de Noé a sauvé l’humanité, corps et âmes.

C’est donc bien un symbole de résurrection, ou de voyage vers un meilleur.

 

La Maison, et même les villes (CITTÀ) sont souvent peintes par l’Artiste.

Autant de maisons, autant de vies juxtaposées ; autant d’esprits tendant à l’élévation spirituelle ; au grand questionnement métaphysique de l’existence.

Souvenons-nous que le mot CITTÀ (Ville en Italien) signifie Âmes, Esprit (Mental-Cœur) dans le langage de Bouddha.

La Fleur de Lotus, pare de sa corolle, de nombreuses toiles.

Cette plante est considérée comme sacrée depuis l’Antiquité, en Inde, ainsi que dans de nombreuses cultures.

Cette plante symbolise l’Eternité de vie, telle que l’on peut imaginer l’âme.

Seule plante à produire simultanément la fleur et le fruit , le Lotus concrétise le profond principe de « simultanéité de la cause et de l’effet ».

Ainsi, en chacun, existent simultanément tous les états de vie ; à chacun d’épanouir le meilleur.

Le Lotus implique également la notion de Pureté.

Sortie de la forge et de l’eau trouble, une fleur pure et parfaite éclot ; ainsi en est-il de la pensée de Bouddha émergeant de l’intérieur de la vie des personnes ; ainsi peut-il en être de la recherche d’absolu et de spirituel chez l’Homme.

 

Le Poisson, qui nage dans l’univers coloré des toiles de Gesine Arps, a également une symbolique très forte.

Lié à l’eau, le Poisson est signe de vie.

Il est surtout rattaché à l’élément féminin, et la fécondité, mais pas seulement.

Dans le Christianisme, le poisson symbolise le Christ.

De même, les poissons, avec le Vin et le Pain, représentent les Saints Sacrements.

Dans le Bouddhisme, le Couple de Poisson est un des symboles de pouvoir, attribués à Bouddha, par les Devas.

 

La Croix, tient une place également importante dans la peinture de Gesine Arps.

Il est évident que ce symbole est utilisé dans son sens originel ; c’est-à-dire le croisement de l’énergie Verticale, le Masculin, avec l’énergie Horizontale, le Féminin.

C’est également, par extension, la rencontre de deux mondes ; le vu, l’évident que nous percevons ; et le caché, le « Mystère » que nous devons appréhender.

Et l’on rejoint là, la définition absolue de R. Guénon, qui voit dans la Croix le symbole de l’épanouissement intégral, dans son Universalité.

 

Les toiles de Gesine Arps sont souvent peuplées d’êtres filiformes, longilignes, tendant à évoquer une recherche d’élévation. Et que dire des couleurs utilisées, fortes, puissantes, joyeuses, qui sont comme une incitation à honorer le Spirituel ; tels des rituels magiques et festifs.

 

 

En conclusion, dans l’Œuvre de Gesine ARPS, deux critères fondamentaux apparaissent.

L’Esotérisme permanent dans la représentation, qui implique ostensiblement la notion de Métempsychose.

Pour cet Artiste, la notion de voyage de l’Âme pour un Monde de Spiritualité est évidente ; faisant de chaque toile une invitation supplémentaire à une Démarche Gnostique.

De plus, ce syncrétisme pictural est présenté dans une ambiance festive, ludique, dynamique, qui incite le futur voyageur à embarquer dans la liesse d’un Voyage initiatique.

L'ésotérisme dans l'oeuvre de gésine Arps

GA

© 2020 World Art Bridge